Commune de Luceau

2017 Infos Mission eco val de loir

Si cet e-mail ne s'affiche pas correctement, cliquez-ici
 
Revue de presse du 14 au 20 Juillet 2017
 

Sarthe Paru le : 19/07/2017 dans Le Maine Libre

Consommation : L'abattoir des Poulets de Loué était à la pointe de l'innovation quand il a vu le jour en 1982. 35 ans plus tard, l'objectif de LDC, propriétaire du Cavol (centre d'abattage de volailles de Loué), est d'en faire à nouveau le site le plus moderne du moment. «C'est une deuxième naissance», estime Alain Reynaud, directeur technique du groupe sabolien. Parmi les objectifs de ce chantier à 28 millions d'euros, celui de répondre à la demande des consommateurs de plus en plus gourmands en produits découpés et adapter le Cavol aux attentes en matière de bien-être animal, avec une évolution de la technique d'abattage. Le nouvel abattoir devrait être opérationnel en juin 2018.

Sud-Sarthe Paru le : 18/07/2017 dans Ouest France

Investissement : A Marçon, le domaine viticole de Cézin, lance une campagne de financement participatif sur la plateforme gofundme.com. La moitié de la somme nécessaire a déjà été engrangée pour acheter deux fûts de 400 litres en chêne de la forêt de Bercé. « C'est le bois le plus réputé pour le vin. La finesse de son grain apporte des tanins et des arômes très subtils » indique Amandine Fresneau, co-gérante de l'exploitation. Fabriqués dans un bois rare, l'opération à un coût : plus de 1 000 Euros le fût. Cependant cet investissement pourrait permettre de valoriser le pineau d'Anis, l'un des plus anciens cépages de Loire. « Depuis mon grand-père, la famille se bat pour le conserver dans son appellation, en rouge et rosé. » En l'associant au chêne de la forêt de Bercé, dès les prochaines vendanges, le domaine entend le mettre en valeur et ainsi favoriser sa préservation.

Sud-Sarthe Paru le : 14/07/2017 dans Le petit Courrier du Val de Loir

Elevage : A Requeil, Charlotte Gaulupeau, 32 ans, a fait de sa passion pour les chèvres Angora une activité complémentaire à sa vie professionnelle d'assistante vétérinaire. C'est en 2014 que l'idée a germé dans la tête de cette entrepreneuse qui crée son activité sous le nom de Mohair du Boucan. Elle a décidé de se lancer dans un élevage pour en récolter la laine (le mohair) afin de créer des articles : gants, chaussettes, peluches, tours de cou, bonnets... tout un panel de produits finis qu'elle vend chez elle ou sur des marchés. Elle produit en moyenne entre 2 et 4 kg de laine par an. "Le produit est classé en fonction de l'âge de la chèvre avant l'envoi à la coopérative", ajoute-t-elle.

Sud-Sarthe Paru le : 14/07/2017 dans Le petit Courrier du Val de Loir

Reprise : À Verneil-le-Chetif, depuis le début de la semaine l'unique commerce du village vient de reprendre vie à l'initiative d'Anita Garnier. « Le P'tit Verneil » a en effet rouvert ses portes le 10 juillet, après quasiment un an de fermeture. L'affaire, placée sous le régime de la location-gérance (les murs appartiennent à la mairie), est diversifiée : épicerie, bar, restaurant, dépôt de pains issus d'une boulangerie de Mayet et point presse. « Le P'tit Verneil » propose un menu ouvrier le midi, du lundi au vendredi, et une carte plus élaborée les vendredis et samedis soir.

Sud-Sarthe Paru le : 14/07/2017 dans Le petit Courrier du Val de Loir

Restauration : A Château du Loir, la carte du Grand Hôtel vient de subir quelques changements en ce début d'été. Le chef Jonathan Valsaint dévoile les raisons de cette évolution. « La première saison d'été s'est révélée quelque peu moyenne. J'ai donc interrogé la clientèle pour capter leur ressenti. Il s'est avéré que de nombreuses personnes trouvaient le lieu un peu trop guindé, et le service un peu long. Nous avons adapté la carte pour la clientèle du midi, la formule bistrot à 14Euros qui marche très bien à l'Imprévu, on la propose également ici.» La carte changera en fonction des saisons. La philosophie de cette évolution consiste donc « à mélanger la restauration traditionnelle avec le côté bistrot, brasserie.» Actuellement, six personnes travaillent au Grand Hôtel, sans compter les apprentis.

Sarthe Paru le : 13/07/2017 dans Ouest France

Développement : A Bessé-sur-Braye, la chaudière à haut rendement de dernière génération est arrivée à la papeterie d'Arjowiggins. Cet imposant outil industriel de 125 tonnes, 7 mètres de haut et 4,5 mètres de large vient rassurer sur l'avenir de l'entreprise. Pour Jean-Christophe Mailhan, directeur de l'usine, c'est bien la «preuve de la pérennité de la papeterie. Nous avons signé un partenariat avec Dalkia et nous voilà repartis pour au moins douze ans». «Elle va remplacer l'ancienne chaudière qui datait de 1999, démontée en début d'année. Elle sera opérationnelle début novembre. Elle permettra d'optimiser les performances et de correspondre à la politique environnementale commune à nos deux entreprises.», confie Sébastien Rabeau, responsable de Dalkia, une filiale du groupe EDF



21/07/2017

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres